Skip directly to local search Skip directly to A to Z list Skip directly to navigation Skip directly to site content Skip directly to page options
CDC Home

Traduction française Volume 8, Numéro 1

Résumés

Janvier 2002


p. 1

Trafic maritime et propagation de l’anémie infectieuse du saumon dans les fermes aquacoles écossaises

Alexander G. Murray,*† Ronald J. Smith,* and Ronald M. Stagg*
*Fisheries Research Services Marine Laboratory, Aberdeen, United Kingdom; and †University of Aberdeen, Aberdeen, United Kingdom

Le transport d’agents pathogènes sur de grandes distances joue un rôle majeur dans l’apparition de nouvelles maladies. L’un des principaux responsables de ce transport est le trafic maritime et le rôle joué par les bateaux dans la propagation des maladies est connu depuis des siècles, mais il est en général impossible d’en obtenir la confirmation statistique. Dans cet article, nous mettons en évidence l’envahissement des élevages de saumons écossais par l’anémie infectieuse du saumon et démontrons qu’il existe un lien entre les visites des bateaux et la contamination des élevages. Les bateaux en cause sont ceux qui transfèrent les poissons d’un site à l’autre et transportent la  récolte de poissons et non ceux qui livrent la nourriture ou sont utilisés pour d’autres travaux.


p. 6

Utilisation d’un modèle hydrologique dynamique pour prédire la densité de moustiques dans les eaux courantes et les eaux marécageuses

Jeffrey Shaman, Marc Stieglitz, Colin Stark, Sylvie Le Blancq, and Mark Cane
Columbia University, Palisades, New York, USA

Nous avons effectué une modélisation à haute résolution de l'humidité de surface grâce à un modèle hydrologique dynamique afin de prédire la densité de moustiques dans les eaux courantes et les eaux marécageuses. Des données météorologiques rétrospectives et topographiques ainsi que des données relatives au sol et à la végétation ont été utilisées pour effectuer cette modélisation et identifier les habitats de reproduction potentiels dans les eaux courantes et les eaux stagnantes de deux bassins hydrographiques du New Jersey. L'humidité de surface est apparue comme associée positivement à la densité résultante de l’espèce dominante de moustiques d’eau courante, Aedes vexans, ainsi qu’à celle d’Anopheles walkeri, l’espèce dominante en eau stagnante. La densité résultante de Culex pipiens, une espèce qui se reproduit dans les eaux polluées et eutrophiques est apparue comme corrélée négativement à l'humidité de surface locale modélisée. Ces associations permettent de réaliser un suivi en temps réel et une prévision à  haute définition spatiale et temporelle de la présence de ces espèces d’eau courante ou d’eau stagnante. Ces prévisions permettront aux autorités publiques de santé d’instaurer des mesures de prévention avant que les moustiques n’atteignent l’age adulte et qu’ils ne commencent à jouer leur rôle de vecteurs de maladies. 


p. 14

Surveillance de l’antibiorésistance en Croatie

Arjana Tambic Andraševic* Tera Tambic,† Smilja Kalenic,‡ and Vera Jankovic,§ and the Working Group of the Croatian Committee for Antibiotic Resistance Surveillance (1)
*University Hospital for Infectious Diseases "Dr F. Mihaljevic," Zagreb, Croatia; †Croatian Academy of Medical Sciences, Zagreb, Croatia; ‡Zagreb Clinical Hospital Center, Zagreb, Croatia; and §Croatian National Institute of Public Health, Zagreb, Croatia

Nous décrivons ici les activités du Comité Croate de Surveillance de l’Antibiorésistance ainsi que les résultats des rapports de surveillance pour l’année 1999. Vingt-deux laboratoires de microbiologie croates ont participe à cette étude. Les taux de résistance des micro-organismes isolés dans différents centres présentaient des différences importantes mais certaines tendances apparaissaient nettement. La résistance à la pénicilline chez les pneumocoques (38%), celle de Staphylococcus aureus a la méticilline (22%) la production de bêta-lactamases à spectre large par Klebsiella pneumoniae (21%) et la résistance à l’imipenem de Pseudomonas aeruginosa (11%) constituent des problèmes majeurs, surtout dans les hôpitaux de grande taille. Un système global de surveillance de l’antibiorésistance associé à des programmes de formation et de contrôle externe de qualité a permis de déceler des taux de résistance élevés chez des agents pathogènes majeurs dans certaines régions de Croatie. Ce projet a permis une meilleure prise de conscience des problèmes de résistance aux antibiotiques et a contribué à l’amélioration actuelle des pratiques de laboratoire.     


p. 19

La crise de la dioxine comme outil d’expérimentation dans l’évaluation de l’entérite à campylobacter due à la volaille

Akke Vellinga and Frank Van Loock
Institute of Public Health-Louis Pasteur, Brussels, Belgium

En juin 1999 explosait en Belgique la crise de la dioxine, due à des composés alimentaires contaminés par la dioxine qui conduisit au retrait du marché des œufs et des poulets. Le système de surveillance sentinelle permit d’observer une diminution du nombre d’infections à Campylobacter au cours du mois de juin 1999. Un modèle fut alors généré à partir des rapports concernant les années précédentes (1994 à 1998) et l’on effectua une prévision du nombre d’infections pour 1999. Le modèle montre une baisse significative du nombre d’infections (40%), due principalement au retrait des volailles du marché. L’utilisation d’une catastrophe comme outil épidémiologique offre une occasion unique d’observer des changements exceptionnels dans la survenue des infections ou d’autres maladies.


p. 23

Amélioration de la surveillance du virus grippal par l’introduction de tests récents de diagnostic rapide

Paul V. Effler, Man-Cheng Ieong, Tammy Tom, and Michele Nakata
Hawaii State Department of Health, Honolulu, Hawaii, USA

A partir de la saison grippale 1999-2000, tous les médecins hawaiiens qui ont prescrit une culture virale à des patients suspects de grippe se sont vu offrir également un test de diagnostic rapide de la grippe. Nous avons comparé le nombre de cultures virales à partir  de prélèvements du tractus respiratoire envoyés au Service de Santé hawaiien et le nombre de prescripteurs qui avaient participé à la surveillance de la grippe au cours de plusieurs saisons grippales consécutives. Le nombre de cultures est passé de 396 à 2169 entre la saison grippale 1998-99 et celle de 2000-2001, et le nombre de prescripteurs qui ont envoyé une ou plusieurs cultures est passé de 34 à 327. Le nombre d’isolats grippaux obtenus a chaque saison a également augmenté (de 64 à 491). D’après les données disponibles, il semble que les changements observés dans la surveillance grippale à Hawaii ne sont pas la conséquence de variations de l’activité grippale d’une saison à l’autre. Il s’agit ici de la première évaluation  de l’intégration de tests rapide de dépistage de la grippe dans la surveillance de la santé publique. Le fait de coupler tests rapides et cultures apparaît comme un moyen efficace d’améliorer cette surveillance      


p. 29

Essai comparatif randomisé avec insu sur les maladie digestives et la consommation d’eau potable à domicile

John M. Colford, Jr.,*† Judy R. Rees,*† Timothy J. Wade,*† Asheena Khalakdina,*† Joan F. Hilton,‡ Isaac J. Ergas,* Susan Burns,* Anne Benker,* Catherine Ma,§ Cliff Bowen,§ Daniel C. Mills,§ Duc J. Vugia,§ Dennis D. Juranek,¶ and Deborah A. Levy¶
*University of California Berkeley, Berkeley, California, USA; †California Emerging Infections Program, Berkeley, California, USA; ‡ University of California San Francisco, School of Medicine, San Francisco, California, USA; §California Department of Health Services, Berkeley, California, USA; and ¶Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia, USA

Nous avons effectué un essai expérimental randomisé en triple aveugle sur la consommation d’eau potable à domicile afin de déterminer s’il était possible d’entreprendre une étude à grande échelle tout en conservant l’insu des participants. Les foyers ont été randomisés en deux groupes égaux qui devaient utiliser deux appareils de traitement de l’eau de même apparence mais dont l’un était fonctionnel et l’autre non. Nous avons mesuré le degré d’insu grâce à un barème déjà publié dans lequel les indices supérieurs à 0,5 indiquent une bonne conservation de l’insu. Le principal critère de santé pris en compte a été l’apparition d’« une maladie digestive hautement crédible » (HCGI). Les 236 participants appartenaient à 77 foyers différents et leur allocation de traitement a été effectuée avec succès à leur insu. A la fin de l’essai, l’indice d’insu était de 0,64 (intervalle de confiance de 95%, valeurs comprises entre 0,51 et 0,78). Il y a eu 103 épisodes de HCGI pour 10.790 jours-personnes d’exposition au risque dans le groupe sans traitement de l’eau et 82 épisodes pour 11.380 jours-personnes d’exposition au risque dans le groupe de traitement effectif. Le ratio des taux d’incidence de la maladie (valeur corrigée pour l’échantillonnage par grappes) a été de 1,32 (intervalle de confiance de 95%, valeurs comprises entre 0,75 et 2,33) et le risque attribuable de 0,24 (intervalle de confiance de 95%, valeurs comprises entre 0,33 et 0,57). Ces données confirment que l’allocation de traitement peut être effectuée avec succès à l’insu des participants au cours d’un essai randomisé dans le cadre d’une étude sur la consommation d’eau potable à domicile.  


p. 37

Pays-Bas : importante épidémie de légionellose lors d’une exposition horticole en 1999

Jeroen W. Den Boer,*† Ed P.F. Yzerman,‡ Joop Schellekens,* Kamilla D. Lettinga,§ Hendriek C. Boshuizen,* Jim E. Van Steenbergen,¶ Arnold Bosman,* Susan Van den Hof,* Hans A. Van Vliet,* Marcel F. Peeters,# Ruud J. Van Ketel,§ Peter Speelman,§ Jacob L. Kool,* and Marina A.E. Conyn-Van Spaendonck*
*National Institute of Public Health and the Environment, Bilthoven, the Netherlands; †Municipal Health Service Zuid-Kennemerland, Haarlem, the Netherlands; ‡Regional Laboratory of Public Health Haarlem, Haarlem, the Netherlands; §Academic Medical Center, Amsterdam, the Netherlands; ¶National Outbreak Structure for Infectious Diseases, Den Haag, the Netherlands; and #Regional Laboratory of Public Health Tilburg, Tilburg, the Netherlands

En 1999, une épidémie de légionellose a frappé un grand nombre de personnes qui avaient visité une exposition horticole aux Pays-Bas. Afin d’identifier l’origine de cette poussée épidémique, nous avons effectué une enquête environnementale  ainsi qu’une étude cas-témoin parmi les visiteurs, une étude sérologique chez une cohorte d’exposants afin de mesurer l’exposition à des sources d’infection possibles. Parmi les 77.061 visiteurs, 188 sont tombés malades (dont 133 cas confirmés et 55 cas probables) ce qui correspond à un taux d’attaque de 0,23% chez les visiteurs et de 0,61% chez les exposants. Des cultures bactériennes ont révélé que deux bains à remous situés dans les halls d’exposition 3 et 4  ainsi qu’un asperseur dans le hall 8 étaient contaminés par des Legionella pneumophilia. L’un des trois génotypes identifiés dans les deux bains à remous était identique aux isolats retrouvés chez 28 des 29 cas confirmés par cultures. Pour les personnes qui s’étaient arrêtées près du bain à remous situé dans le hall 3, le  risque de tomber malade était plus important. Cette étude montre que ces bains à remous peuvent constituer un risque majeur pour la santé s’ils ne sont pas désinfectés correctement.      


p. 44

Changements dans la prédominance et la diversité des sous-types génomiques de Bordetella pertussis isolés aux Etats-Unis entre 1935 et 1999

Terri Hawes Hardwick, Pamela Cassiday, Robbin S. Weyant, Kristine M. Bisgard, and Gary N. Sanden
Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia, USA

Dans le cadre d’études épidémiologiques, nous avons utilisé l’électrophorèse en champ pulsé (PFGE) de fragments d’ADN chromosomique de Bordetella pertussis générés par enzyme de restriction du site Xba I afin d’identifier les sous-types d’isolats. Afin de mieux comprendre l’histoire naturelle de B. pertussis, nous avons déterminé par PFGE le profil génétique de 1333 souches isolées aux Etats-Unis entre 1935 et 1999. Les résultats ont mis en  évidence un changement des profils dominants entre le début et la fin de la période étudiée. On constate également que de la diversité génétique a diminué au cours des années et que les profils dominants sont plus proches les uns des autres que des profils moins courants. Ces résultats constituent un point de départ pour une étude de l’impact des stratégies de prévention (y compris l’utilisation de vaccins acellulaires) sur la population de B. pertussis actuellement en circulation.   


p. 50

Chine : caractéristiques génétiques du fragment M de l’ARN des souches virales de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo

Anna Papa,* Ben-Jiang Ma,† Sophie Kouidou,* Qing Tang,† Chang-Shou Hang,† and Antonis Antoniadis*
*Aristotelian University of Thessaloniki, Thessaloniki, Greece; and †Chinese Academy of Preventive Medicine, Beijing, China

Nous décrivons les caractéristiques génétiques du segment M de l’ARN du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHFV). Deux souches isolées dans la province du Xinjiang, une région du nord-ouest de la Chine où la CCHF est endémique ont été étudiées. Ces souches, désignées par BA 66019 et BA8402 ont été isolées en 1965 et en 1984, respectivement sur un patient atteint de CCHF et sur des tiques Hyalomma. L’ARN viral a été extrait du cerveau de souriceaux nouveaux-nés infectés par ces deux souches, puis amplifié et séquencé. Le fragment complet de l’ARN M (5,3 kilobases) a été caractérisé pour chaque souche. Les séquences codantes des deux souches différaient de 17% entre elles et de 22% en moyenne de la souche de référence lbAr10200, ce qui permet de penser que le genre Nairovirus englobe un groupe de souches de grande diversité génétique.  


p. 54

Inde : prévalence et profil génétique des facteurs de virulence d’Escherichia coli producteur de toxine Shiga n’appartenant pas au sérotype 0157, isolé chez les humains, le bétail et dans la viande bovine à Calcutta

Asis Khan,* Shinji Yamasaki,*† Toshio Sato,† Thandavarayan Ramamurthy,* Amit Pal,* Simanti Datta,* Nandini Roy Chowdhury,* Suresh Chandra Das,‡ Asim Sikdar,‡ Teizo Tsukamoto,§ Sujit Kumar Bhattacharya,* Yoshifumi Takeda,¶ and Gopinath Balakrish Nair*#
*National Institute of Cholera and Enteric Diseases, Calcutta, India; †Research Institute, International Medical Center of Japan, Shinjuku-ku, Tokyo, Japan; ‡Indian Veterinary Research Institute, Belgachia, Calcutta, India; §Osaka Prefectural Public Health Institute, Osaka, Japan; ¶National Institute of Infectious Diseases, Shinjuku-ku, Tokyo, Japan; and #International Centre for Diarrhoeal Disease Research, Dhaka, Bangladesh

Nous avons étudié la prévalence d’Escherichia coli producteur de toxine Shiga (STEC) chez les patients hospitalisés pour diarrhées à Calcutta, ainsi que chez les bovins domestiques en bonne santé et dans des échantillons de viande bovine crue recueillis dans les abattoirs municipaux. Grâce à la PCR Multiplex utilisant des amorces spécifiques des toxines Shiga 1 et 2, nous avons détecté les STEC dans 18% des échantillons de bouse de vache, dans 50% des échantillons de viande crue, et 1,4% et 0,6% respectivement des selles sanglantes et des selles aqueuses provenant des patients hospitalisés. Divers gènes de virulence présents dans les isolats de STEC montraient la prédominance de l’allèle stx1. Des marqueurs plasmidiques, en l’occurrence hlyA, katP, espP et etpD ont également été identifiés. Un test ELISA et un titrage sur cellules Véro ont été réalisés afin de détecter et d’évaluer l’effet cytotoxique des toxines Shiga produites par les différentes souches. Les STEC ne représentent pas une cause importante de diarrhée en Inde, cependant sa présence chez les bovins domestiques et dans les échantillons de viande de bœuf suggère que cet entéropathogène pourrait bien devenir un problème majeur de santé publique dans les années à venir.  


p. 63

Taiwan : étude de l’antibiorésistance chez les pathogènes responsables d’infections nosocomiales dans un centre hospitalier universitaire entre 1981 et 1999

Po-Ren Hsueh,*† Mei-Ling Chen,*† Chun-Chuan Sun,† Wen-Hwei Chen,† Hui-Ju Pan,*† Li-Seh Yang,† Shan-Chwen Chang,*† Shen-Wu Ho,*† Chin-Yu Lee,† Wei-Chuan Hsieh,† and Kwen-Tay Luh*†
*National Taiwan University College of Medicine, Taipei, Taiwan; and †National Taiwan University Hospital, Taipei, Taiwan

Afin de déterminer la répartition des bactéries pathogènes responsables d’infections nosocomiales ainsi que leur résistance aux antibiotiques, nous avons analysé les données de surveillance relatives aux infections nosocomiales collectées entre 1981 et 1999 au Centre Hospitalier Universitaire national de Taiwan. Au cours de cette période, 35.580 agents pathogènes bactériens ont été identifiés. Les espèces de Candida se sont multipliées, prenant en 1999 la première place parmi les pathogènes responsables de toutes les infections nosocomiales, suivies de Staphylococcus aureus et de Pseudomonas aeruginosa. Les espèces de Candida ont également pris une place croissante parmi les isolats associés à des septicémies, passant de 1% entre 1981 et 1986 à 16,2% en 1999. Les isolats le plus souvent présents dans les infections urinaires sont les différentes espèces de Candida (23,6%), suivies d’Escherichia coli (18,6%) et de P. aeruginosa (11%). Ce dernier a constitué au cours des 13 dernières années l’isolat le plus fréquemment retrouvé dans les infections respiratoires et les infections chirurgicales. Nous avons noté une augmentation spectaculaire de l’incidence des S. aureus résistants à la méticilline (de 4,3% entre 1981 et 1986 à 58,9% entre 1993 et 1998), des Escherichia coli résistants à la céfotaxime (de 0% entre 1981 et 1986 à 6,1% entre 1993 et 1998), et des Klebsiella pneumoniae résistants au céfotaxime (de 4% entre 1981 et 1986 à 25,8% entre 1993 et 1998). Les changements qui apparaissent dans l’étiologie des infections nosocomiales et l’augmentation brutale de la résistance aux antibiotiques des pathogènes responsables, en particulier ceux isolés dans les unités de soins intensifs, sont impressionnants et alarmants. 


p. 69

Enquête sur une épidémie de tularémie au Kosovo : études rétrospective et environnementale

Ralf Reintjes,* Isuf Dedushaj,† Ardiana Gjini,‡ Tine Rikke Jorgensen,§ Benvon Cotter,¶# Alfons Lieftucht,#** Fortunato D'Ancona,¶ David T. Dennis,†† Michael A. Kosoy, Gjyle Mulliqi-Osmani,† Roland Grunow,‡‡ Ariana Kalaveshi,† Luljeta Gashi,† and Isme Humolli†
*Institute of Public Health North Rhine-Westphalia, Muenster, Germany; †Institute of Public Health, Pristina, Kosovo; ‡World Health Organization, Pristina, Kosovo; §World Health Organization Regional Office for Europe, Copenhagen, Denmark; §Istituto Superiore di Sanita, Rome, Italy; #European Programme for Intervention Epidemiology Training, Paris, France; **PHLS Communicable Disease Surveillance Centre, London, United Kingdom; ††Centers for Disease Control and Prevention, Ft. Collins, Colorado, USA; and ‡‡German Reference Laboratory on Tularemia, Munich, Germany

Une importante épidémie de tularémie a eu lieu au Kosovo en 1999-2000, juste après la guerre. Une enquête épidémiologique et environnementale a été effectuée afin d’identifier les sources d’infection, les modes de transmission et les facteurs de risque dans les foyers. Nous avons comparé l’état des patients et des témoins grâce aux test ELISA, Western blot et test d’agglutination microscopique. En tout, 327 cas de pharyngite et d’adénites cervicales d’origine tularémique confirmés par sérodiagnostic ont été identifiés dans 21 des 29 municipalités du Kosovo. L’analyse comparée de 46 foyers touchés par la maladie et de 76 foyers-témoins a permis de penser que l’infection se transmettait par de l’eau ou de la nourriture contaminée et que les rongeurs étaient la source de l’infection. C’est la situation environnementale dans un Kosovo déchiré par la guerre qui a permis l’apparition d’une épizootie de tularémie chez les rongeurs et sa propagation aux populations rurales réinstallées dans des conditions d’hébergement, d’hygiène et d’assainissement précaires.   


p. 74

Trypanosomiase africaine chez des voyageurs de retour au Royaume-Uni

David A.J. Moore, Mark Edwards, Rod Escombe,* Dan Agranoff,* J. Wendi Bailey,† S. Bertel Squire,† and Peter L. Chiodini*
*Hospital for Tropical Diseases, London, United Kingdom; and †Liverpool School of Tropical Medicine, Liverpool, United Kingdom

Deux touristes atteints de trypanosomiase africaine au retour d’un safari ont été admis en l’espace de trois jours à l’Hôpital des Maladies Tropicales à Londres. Au cours des 14 années précédentes, six cas seulement avaient été enregistrés. Nous décrivons les signes cliniques, le diagnostic, et les problèmes rencontrés pour accéder à un traitement approprié et nous évoquons le potentiel d’apparition de la maladie chez des voyageurs internationaux qui se montrent de plus en plus aventureux.


p. 77

Taux élevés de tuberculose chez des insuffisants rénaux en phase terminale : impact de la migration internationale

David A.J. Moore, Liz Lightstone, Babak Javid, and Jon S. Friedland
Imperial College of Science, Technology and Medicine, Hammersmith Hospital, London, United Kingdom

Nous avons étudié une cohorte de patients nécessitant une dialyse rénale qui avaient émigré au Royaume-Uni en provenance d’un pays où la tuberculose (TB) sévit de façon endémique. Nous avons découvert des taux de TB extrêmement élevés (1187 cas pour 100.000 par an) partiellement associés à une néphropathie diabétique en phase terminale. Nous recommandons une vigilance accrue et un dépistage systématique de la TB chez ce type de patients, non seulement pour diminuer le nombre de malades et de décès mais aussi pour empêcher la contamination nosocomiale des personnes à risque. 


p. 79

Chili : premier cas humain de rage dû à une variante chauve-souris insectivore du virus

Myriam Favi,* Carlos A. de Mattos,† Verónica Yung,† Evelyn Chala,‡ Luis R. López,‡ and Cecilia C. de Mattos†
*Instituto de Salud Pública, Ministerio de Salud Pública, Santiago, Chile; †Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia, USA; and ‡Hospital Clínico Fusat of Rancagua, Rancagua, Chile

Le premier cas humain de rage au Chili depuis 1972 a été diagnostiqué en mars 1996 chez un patient sans antécédents connus d’exposition au virus. La caractérisation génétique et antigénique de l’isolat rabique a permis de conclure que le réservoir de virus était la chauve-souris insectivore Tadarida brasiliensis. Il s’agit ici du premier cas humain de rage signalé en Amérique Latine qui soit dû à une variante chauve-souris insectivore du virus.  


p. 82

Epidémie communautaire de maladie alimentaire due à un Staphylococcus aureus résistant à la méticilline

Timothy F. Jones,* Molly E. Kellum,† Susan S. Porter,‡ Michael Bell,† and William Schaffner*§
*Tennessee Department of Health, Nashville, Tennessee, USA; †Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia, USA; ‡West Tennessee Regional Health Department, Jackson, Tennessee, USA; and §Vanderbilt University School of Medicine, Nashville, Tennessee, USA

Les infections à Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (MRSA) sont de plus en plus souvent d’origine communautaire. Nous avons enquêté sur une épidémie dans laquelle les cultures bactériennes ont révélé la présence de la même souche de MRSA producteur de toxine shiga chez un manutentionnaire, trois clients malades et dans un échantillon de nourriture. Il s’agit là du premier cas rapporté d’infection gastro-intestinale due à un MRSA d’origine communautaire.  


p. 85

Infection humaine à Cryptosporidium felis : rapport de cas et revue de la littérature

Simone Cacciò,* Elena Pinter,† Rosanna Fantini,† Ivano Mezzaroma,† and Edoardo Pozio*
*Istituto Superiore di Sanità, Rome, Italy; and †University of Rome La Sapienza, Rome, Italy

Un Italien VIH positif atteint d’une infection à Cryptosporidium felis a été traité avec succès par la paromycine, malgré une numération de cellules CD4+ de 31 par mm3. Quatorze cas d’infection humaine à Cryptosporidium felis ont été décrits, tous au cours des 3 années passées, ce qui met l’accent sur le problème de santé publique que représentent les parasites Cryptosporidium autres que C. parvum.  


p. 87

Syndrome hémophagocytaire dû au Herpès virus 6 humain chez un adulte en bonne santé

Hiroshi Tanaka, Tetsuo Nishimura, Mikiko Hakui, Hisashi Sugimoto, Keiko Tanaka-Taya, and Koichi Yamanishi
Osaka University Medical School, Osaka, Japan

Le syndrome hémophagocytaire d’origine virale est une maladie foudroyante associée a une infection virale généralisée caractérisée par l’infiltration des tissus lymphoréticulaires de plusieurs organes vitaux par des histiocytes hématophages. Il s’agit ici du premier cas rapporté d’adulte précédemment en bonne santé chez qui la réactivation de l’Herpès virus 6 humain a déclenché ce syndrome, accompagné de graves perturbations hémodynamiques et de détresse respiratoire sévère. 


p. 89

Présence de Rickettsia felis chez la puce du chat en Europe du sud-ouest

Francisco J. Márquez,* Miguel A. Muniain,† Jesús M. Pérez,* and Jerónimo Pachón
*Universidad de Jaén, Jaén, Spain; †Hospital Universitario Virgen Macarena, Seville, Spain; and ‡Hospital Universitario Virgen del Rocío, Seville, Spain

Rickettsia felis, précédemment connue sous le nom d’agent ELB a été identifiée grâce à l’utilisation de techniques de biologie moléculaire chez la puce du chat (Ctenocephalides felis) du sud-ouest de l’Espagne. C’est la première fois en Eurasie que cette rickettsia transmise par les puces est détectée sur son vecteur.  


p. 92

Zambie : sensibilité aux antibiotiques d’entérobactéries provenant de patients atteints du SIDA

James Mwansa,* Kabanga Mutela,* Isaac Zulu,*†Beatrice Amadi,* and Paul Kelly*†
*University of Zambia School of Medicine, University Teaching Hospital, Lusaka, Zambia; and †St. Bartholomew's & Royal London School of Medicine, London, United Kingdom

Les entérobactéries jouent un rôle dans deux syndromes cliniques graves présents chez les Africains atteints de SIDA, diarrhées et septicémie. En Afrique de l’ouest, la prophylaxie par sulfaméthoxazole-triméthoprime a fait diminuer le nombre de cas. Nous rapportons ici la baisse de sensibilité des entérobactéries aux antibiotiques disponibles en Zambie, où 22% seulement des Salmonella non typhoïdes et 6% des Shigella sont sensibles auSXT.


p. 94

Absence de contamination par des mycoplasmes du vaccin contre le charbon

Mary Kate Hart,* Richard A. Del Giudice,† and George W. Korch, Jr.*
*United States Army Medical Research Institute of Infectious Diseases, Fort Detrick, Frederick, Maryland, USA; and †National Cancer Institute-Frederick Cancer Research and Development Center, Frederick, Maryland, USA

La contamination par des mycoplasmes du vaccin autorisé contre le charbon administré aux troupes américaines a été envisagée comme l’une des causes possibles du syndrome de la guerre du Golfe. Les tests effectués par des laboratoires civils sur des  échantillons de vaccin ont permis d’établir qu’ils ne contenaient pas de mycoplasmes viables ni d’ADN de mycoplasme et ne pouvaient en assurer la survie. La contamination par des mycoplasmes ne doit pas être considérée comme une cause possible de la maladie.  


p. 97

Endocardite nosocomiale due à Corynebacterium amycolatum et autres corynébactéries non diphtériques

Karen L. Knox* and Alison H. Holmes†
*St. George's Hospital, London, United Kingdom; and †Imperial College School of Medicine, Hammersmith Hospital, London, United Kingdom

Les corynébactéries non diphtériques sont peu répandues mais on les considère de plus en plus comme responsables d’endocardites chez des patients atteints d’une cardiopathie structurale sous-jacente ou porteurs d’une prothèse valvulaire. Nous décrivons ici trois cas d’endocardite nosocomiale due à une corynébactérie non diphtérique, parmi lesquels le premier cas rapporté d’endocardite à Corynebacterium amycolatum. Tous les malades étaient porteurs d’un cathéter intravasculaire à demeure.


p. 100

Abcès hépatique primaire dû à un clone de Klebsiella pneumoniae présentant deux types de morphologie et de résistance de colonie

Po-Ren Hsueh,* Juinn-Jong Wu,† Lee-Jene Teng,*‡ Yee-Chun Chen,* Pan-Chyr Yang,* Shen-Wu Ho,*‡ and Kwen-Tay Luh* 
*National Taiwan University Hospital, Taipei, Taiwan; †National Cheng-Kung University Medical College, Tainan, Taiwan; and ‡National Taiwan University College of Medicine, Taipei, Taiwan  

Deux diabétiques souffrant d’un abcès hépatique primaire avaient, au départ, mal répondu au traitement par ceftriaxone ou cefoxitin intraveineuse, et l’abcès avait été drainé. On a découvert alors qu’ils étaient infectés par un même clone de Klebsiella pneumoniae présentant deux types différents de morphologie et de résistance de colonie. Les abcès hépatiques primaires dus à des souches de K. pneumoniae résistantes aux céphalosporines de deuxième génération pourraient bien être un problème en cours d’émergence à Taiwan.

Comments to the EID Editors

Please contact the EID Editors via our Contact Form.

 

Past Issues

Select a Past Issue:

Art in Science - Selections from Emerging Infectious Diseases
Now available for order



CDC 24/7 – Saving Lives, Protecting People, Saving Money. Learn More About How CDC Works For You…

USA.gov: The U.S. Government's Official Web PortalDepartment of Health and Human Services
Centers for Disease Control and Prevention   1600 Clifton Rd. Atlanta, GA 30333, USA
800-CDC-INFO (800-232-4636) TTY: (888) 232-6348 - Contact CDC–INFO